Skip to content

Bangui: Les humanitaires préoccupés de l’insécurité alimentaire

5 novembre 2014

Dans une conférence de presse ce matin à OCHA, la coordonnatrice humanitaire Claire BOURGEOIS n’a pas caché sa préoccupation de la détérioration de la situation humanitaire « aujourd’hui les sujets qui me préoccupent profondément, à savoir l’insécurité alimentaire, les lourdes pertes dans le secteur de l’agriculture, l’élevage, la pêche et la flambée de prix due à la violence chronique qui a détérioré la situation humanitaire pendant les six derniers mois. » a-t-elle déclaré.

Elle se dit grandement choquée de l’augmentation des violences basées sur le genre et par l’utilisation d’enfants et des femmes bouclier durant les récentes attaques intercommunautaires « j’exhorte tous ceux impliqués dans ces violences à respecter le droit des enfants et des femmes et à mettre immédiatement et totalement fin aux actes de violences sexuelles perpétrés sur les femmes et enfants en Centrafrique. Je rappelle que l’utilisation des enfants et des femmes dans les combats est un crime de guerre » a déclaré Madame BOURGEOIS.

Un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du Programme Alimentaire Mondial (PAM) fait état d’une chute importante de la production agricole en RCA à la suite de la crise qui a provoqué des déplacements massifs de population et forcé des centaines de milliers de personnes à trouver refuge au-delà des frontières.

Les chiffres de l’élevage sont également en baisse. Ils ont régressé de 77% par rapport aux niveaux d’avant la crise du fait des razzias et des vols de bétail. Quant aux disponibilités de poisson, elles ont régressé d’environ 40% en raison de l’insécurité dans les zones de pêche le long des fleuves et des dégâts occasionnés aux équipements de pêche.

« Le PAM est particulièrement préoccupé par la situation des communautés isolées et des personnes déplacés à l’intérieur du pays. Les enquêtes de terrain montrent que les niveaux de consommation alimentaire de près de la moitié de ces ménages sont très bas, ce qui aggrave le risque de malnutrition et rend les familles largement dépendantes de l’aide alimentaire » souligne Guy ADOUA OYILA, Directeur Adjoint chargé du bureau du PAM.

La malnutrition aigue est estimée à 7% pour cette année 2014. Un décès par jour sur dix mille habitants mais ce chiffre est revu à la hausse dans certaines régions comme la préfecture de Bamingui Bangoran et la Haute Kotto (2 décès sur 10 000 habitants par jour).

Si l’on ne fait pas attention, la RCA risque de plonger dans une crise alimentaire grave.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :